8152799704.8dd5717.6aeceff36d2b4c408694987c87b99e91

LA FINLANDE, LE PAYS LE PLUS HEUREUX DU MONDE UTILISE LE CONCEPT « SISU » ; VOICI POURQUOI VOUS DEVRIEZ FAIRE DE MÊME !

Le concept finlandais explique comment nous pouvons exploiter la résilience interne pour nous motiver et atteindre nos objectifs. Imaginez que vous courez la course la plus dure de votre vie, que vous vous traînez dans les dernières heures d'une semaine de travail épuisante ou que vous vivez une période difficile sur le plan émotionnel.

Temps de lecture : 3 minutes.

Qu’est-ce que toutes ces situations ont-elles en commun ? Ils vous forcent à puiser dans un puits profond de résilience, une énergie interne qui vous pousse à aller de l’avant et à dépasser vos limites, faisant ressortir un mélange puissant de courage, de persévérance et de détermination. Nous ne pouvons pas décrire cette puissance intérieure avec un seul mot français, mais le peuple finlandais (le pays le plus heureux du monde) a un terme vieux de plusieurs centaines d’années pour la décrire : « Sisu. »

Prononcé « see-soo » – et l’un des nombreux mots à la mode scandinaves qui sont apparus récemment dans la culture pop, après « hygge » et « pyt » – le terme est difficile à résumer en une définition claire. Une étude menée par Emilia Lahti, doctorante à l’Université d’Aalto, militante et fondatrice de la campagne Sisu Not Silence, auprès de plus de 1 000 Finlandais et d’autres personnes connaissant bien le concept, a révélé que le sens du sisu peut être décrit de plusieurs façons. Certains parlent d’une  » extraordinaire persévérance  » qui vous pousse à aller de l’avant quand vous pensez avoir atteint vos limites, tandis que d’autres la considèrent comme une  » source de pouvoir magique  » qui transporte les gens dans les moments difficiles ; c’est un peu comme le terme  » feu dans le ventre « .

« Sisu se concentre sur l’idée que tu es plus fort que tu ne le penses. Elle entre en jeu le plus visiblement lorsque les chances s’accumulent contre nous, lorsque nous atteignons le point de crise et la fin de notre force perçue. C’est le moment d’aller chercher le réservoir d’essence de réserve « 

Joanna Nylund, auteure de Sisu : L’art du courage finlandais

Bien que le sisu soit originaire de Finlande, et qu’il ait même été appelé  » le mot qui explique la Finlande  » par le New York Times dans les années 1940, Lahti explique que le concept lui-même est universel.

« Sisu en tant que mot est finlandais, historiquement. Mais le sisu, en tant que capacité des humains à déterrer l’énergie cachée latente, est universel « , dit Lahti. « La capacité de persévérer à travers le feu transformateur, à travers les défis auxquels nous sommes confrontés, est une partie essentielle et intégrale de la vie humaine. C’est quelque chose qui permet au monde d’aller de l’avant. Sisu nous montre que nous pouvons accéder à de profondes réserves d’énergie pour dépasser nos limites, mais il est important de veiller à ne pas les épuiser accidentellement.

« Trop de sisu… mène à un monde où nous nous retranchons jusqu’au point où nous allons nous briser « , dit Lahti. « Si nous continuons constamment à pousser sans prêter attention à ce qui se passe en nous, à l’extérieur de nous, dans notre environnement… nous sommes en danger de créer un monde où il y a très peu de place pour la survie. Parce que ce qui ne se plie pas finira par se casser. On ne peut pas parler de Sisu sans parler d’équilibre. Canaliser le sisu avec modération – et trouver cet équilibre – peut être extrêmement bénéfique. Et ce n’est pas seulement réservé à l’adversité extrême, Nylund dit qu’il peut être utilisé pour se motiver par le biais de tâches plus petites chaque jour.

Même en dehors des crises, le sisu est une forme de ténacité utile dans la plupart des situations de la vie, c’est pourquoi il est si bénéfique d’en être conscient et de l’entretenir « , Prenez exemple sur le pays le plus heureux du monde et canalisez votre sisu intérieur avec ces conseils :

Connectez-vous avec vous-même

Tout commence avec la sagesse qui est capturée dans une phrase de la Grèce antique :  » Connais-toi toi-même « .
Pratiquer un sisu sain commence par savoir qui nous sommes, connaître notre potentiel de dépassement de soi, et savoir que ce que nous voyons ici en ce moment n’est pas la totalité de nous. Osez vous connecter avec vous-même sur une base quotidienne, en prenant le temps de trier les sentiments et les événements plutôt que de vous précipiter vers la prochaine chose. Nous excellons à nous distraire, n’est-ce pas ? Mais nous ne pouvons pas puiser dans notre force intérieure si nous savons à peine qui nous sommes.

Que votre méthode préférée soit la méditation, une promenade dans la nature ou une autre pratique personnelle, prenez quelques moments tranquilles chaque jour pour vérifier avec vous-même et identifier où vous voulez aller, et quelles sont vos limites. Cela vous aidera à canaliser votre sisu vers vos buts d’une manière saine.

Fixez-vous de petits objectifs faciles à atteindre

Si (comme la plupart des gens) vous êtes facilement submergé par des tâches lourdes et fastidieuses, essayez de les diviser en objectifs plus petits mais plus réalisables. Se fixer un objectif simple et s’entraîner à s’y tenir est un excellent moyen de favoriser le Sisu . Nous aimons suggérer également d’utiliser des objectifs restreints comme point de départ pour sortir de votre zone de confort.

« Un grand secret est de ne pas toujours choisir l’option la plus confortable. Tout ce qui forge le caractère tend à renforcer la résilience. Il faut de la pratique, mais il est tellement gratifiant d’acquérir cette saine autonomie « 

Pour ce faire, il est important d’avoir des conversations honnêtes avec nous-mêmes et de faire prendre conscience de ce qui fonctionne et de ce qui ne fonctionne pas. Il est indispensable de remarquer comment vous vous sentez lorsque vous travaillez vers vos objectifs et d’identifier le début de l’inconfort ou de la tension, là où le sisu commence.

Vivre avec intégrité

Le sisu est livré avec une acceptation interne. Sisu et l’intégrité sont étroitement liés. Posez-vous les questions : « Est-ce que je vis selon mes valeurs ? Ai-je le courage de défendre ce en quoi je crois et ceux qui sont plus faibles que moi ? Puis-je être fière de la façon dont je me conduis ? » Cela m’amène à prendre la responsabilité de mes actes dans ce monde et à croire que j’ai la force de l’influencer pour de bon.
Lorsque vous croyez en vos propres capacités et en votre pouvoir d’apporter des changements, vous comprendrez que vous pouvez conquérir même des tâches extrêmement difficiles.